Lits froids et fuite en avant

Comment qualifier ce que l’on observe actuellement en Tarentaise en ce qui concerne les lits touristiques ? Fuite en avant, adaptation, restructuration, compétition impitoyable, incohérence, bétonnage ?
La presse locale s’est fait l’écho depuis plusieurs mois de nouvelles constructions envisagées dans notre vallée.
Beaucoup de personnes se posent des questions face à ces nouveaux projets. Aussi Vivre en Tarentaise se permet-elle de les poser publiquement.
Le tableau ci-dessous rassemble les autorisations accordées  ou les  projets répertoriés depuis quelques années.

Ste Foy Valmorel La tania Vallaroger Vallandry Les Arcs Aime 2000 Tignes
3000 3000 1500 650 650 2500 4000 1500
Accordés Accordés Accordés En Projet
Accordés Accordés En Projet Accordés

Soit un total de 17 000 lits à construire dans les prochaines années ... et Vivre en Tarentaise ne sait pas tout !

Quelques questions :
Le marché des sports d’hiver est-il oui ou non à maturité ? Peut-on penser sérieusement que la clientèle des sports d’hiver va augmenter ?
Le prix des déplacements sur de longues distances va-t-il baisser à l’avenir ?
Pourquoi la Tarentaise  aurait-elle la particularité d’échapper à l’effet de serre ?
Est-il raisonnable de construire sans cesse pour compenser l’augmentation du nombre de lits « froids » ?
L’Etat ne devrait-il pas intervenir et proposer des outils aux communes pour favoriser la remise sur le marché locatif de ces lits froids ?
La construction de nouveaux lits n’a-t-elle pas pour effet de « refroidir »  certains logements moins attractifs ?
Quelle station peut se vanter d’avoir un taux de remplissage de 100% pour une durée supérieure à trois semaines par an ? Quel est le taux de remplissage de ces lits en été ?
Cette urbanisation massive qui impacte nos paysages d’altitude n’est-elle pas un repoussoir pour la clientèle estivale ?
La compétition entre les différents sites n’est elle pas catastrophique en termes de consommation  de matériaux d’énergie et d’espace ?
Une vallée dont l’activité hivernale dépend de plus en plus d’une clientèle fortunée n’est–elle pas en situation de grande fragilité ?

L’Etat après une longue réflexion et de nombreuse hésitations s’est décidé à publier un document d’urbanisme appelé DTA (Directive Territoriale d’Aménagement des Alpes du Nord) assez contraignant et ayant comme objectif de mieux gérer l’espace montagnard. Ce document a connu plusieurs moutures. La dernière a été notoirement assouplie pour tenir compte en particulier des remarques des élus savoyards.
Malgré cela les élus de Tarentaise restent très hostiles à ce texte. En effet, l’Assemblée de Pays Tarentaise Vanoise (APTV) a délibéré à la quasi unanimité contre cette directive « imposée d’en haut ».
S’agit-il de mauvaise foi ou  d’un choix tactique ? En tout état de cause il est permis de se demander si cette attitude intransigeante ne poussera pas l’Etat à revenir à une version plus  « dure » ?
Quand les revenus de nos stations seront-ils au moins partiellement mutualisés pour éviter que chaque commune ne tire la couverture à elle ?